Loading...

Selon l’OMS, le stress au travail se définit par “l’ensemble des réactions que peuvent avoir des employés lorsqu’ils sont confrontés à des exigences et à des pressions professionnelles qui ne correspondent pas à leurs capacités ni à leurs connaissances”. Un phénomène très courant sur lequel les employeurs nécessitent d’être alertés. 

Stress au travail, qui est concerné ?

Stress au travail : femme t-shirt - Les nouveaux bosseurs

Selon l’Observatoire de la Santé Psychologique au Travail, le stress au travail demeure bien plus fréquent qu’il ne devrait. Le taux de salariés en état d’hyperstress avoisine les 24% en France. Les femmes semblent d’ailleurs davantage concernées. Cependant, le statut de cadre ou non cadre, ne change pas la donne. 

Ce taux varie également en fonction du secteur d’activité des salariés. En effet, les domaines de  « la santé humaine et des actions sociales », des « arts, spectacles et activités récréatives », des « services » et des « activités financières et d’assurance » montrent un niveau de stress professionnel plus élevé. 

Les tranches d’âge les plus concernées sont les « 40–50 ans » et les « plus de 50 ans ». L’ancienneté des salariés joue également un rôle important. En effet, on constate un stress au travail plus important chez les employés ayant plus de 25 ans d’ancienneté. Il demeure moindre chez ceux ayant moins de 5 ans d’ancienneté. 

Les origines du stress au travail 

Stress au travail : enfant escaliers - Les nouveaux bosseurs

Plusieurs causes peuvent faire apparaître l’hyperstress chez le salarié. Voici les plus courantes :

  • Une charge de travail trop conséquente ;
  • La difficulté d’assumer certaines responsabilités ;
  • Des conditions de travail inadaptées ;
  • Une communication violente entre les salariés ;
  • Un harcèlement physique ou moral ;
  • Un état de mal-être général.

Les symptômes qui doivent alerter

Repérez les salariés fréquemment malades

Une simple angine ou une gastro peuvent ne pas alerter au premier regard. Cependant, des maladies de la sorte à répétition traduisent une vulnérabilité de l’individu souvent causée par le stress. Les défenses immunitaires se voient grandement affectées, donnant la porte ouverte à la multiplication des virus et infections chez les personnes concernées.

Stress au travail : boîte de mouchoirs - Les nouveaux bosseurs

Et pour cause, une étude réalisée par la revue américaine PNAS en 2012 a démontré l’impact du stress sur le système immunitaire. Plus particulièrement en mettant en cause l’hormone du stress appelée cortisol. Lorsque celle-ci augmente chez les individus, on constate une réponse inflammatoire de l’organisme décuplée. Leur vulnérabilité face aux maladies est donc plus grande.    

Décelez les comportements alimentaires inhabituels

Face à un mal-être général causé par le stress au travail, le manque de temps et d’énergie peuvent impacter l’hygiène de vie de vos salariés et notamment l’alimentation.

Stress au travail : petit-déjeuner healthy - Les nouveaux bosseurs

La nourriture peut en effet être utilisée comme un pansement pour vos collaborateurs. Des troubles du comportement alimentaire peuvent alors entrer en jeu. Certains développent une dépendance malsaine avec la nourriture et s’y réfugient pour compenser leur mal-être avec des épisodes d’hyperphagie intense. D’autres, auront l’appétit coupé par ce même stress ressentant constamment une boule au ventre les empêchant de s’alimenter. Dans les deux cas, ces comportements dangereux nécessitent d’être détectés au plus tôt.

Soyez attentifs aux signes de fatigue chronique

Lorsque le salarié est en état d’hyperstress, le corps puise dans ses réserves d’énergie plus qu’à la normale. S’en suit donc un état d’épuisement, qui se voit aggravé si des insomnies sont déjà déclarées par le stress.

Stress au travail : femme yeux fermés - Les nouveaux bosseurs

Cette fatigue chronique engendre un certains nombre de difficultés au quotidien. Le manque de concentration, et donc un risque d’erreur dans le travail mais aussi une plus grande irritabilité. Avec une patience moindre, il y a un risque de conflits collectifs.

A terme, l’employé peut être amené à sur-réagir face à des situations en apparence sans gravité. Le cerveau ne semble plus être capable de prendre de recul sur les situations même quotidiennes. On constate une perte de contrôle sur les émotions. Le stress s’intensifie alors avec un risque accru de burn-out.

Prévenez les pathologies plus graves

Enfin, il ne faut pas sous-estimer le stress en entreprise car ses effets peuvent être dévastateurs. En effet, celui-ci produit des radicaux libres qui augmente le stress oxydatif dans le corps. Celui-ci engendre alors le vieillissement prématuré des cellules. De très nombreuses maladies chroniques en sont la conséquence directe, comme les cancers, le diabète, ou encore certaines maladies cardiovasculaires. 

Quelles conséquences du stress au travail pour l’entreprise ? 

Selon l’American Institute of Stress, le stress au travail serait à l’origine de 75 à 90% des consultations médicales et de 60 à 80% des accidents du travail

Stress au travail : vélo à l'envers - Les nouveaux bosseurs

Une productivité moindre

Là où les chiffres sont le plus éloquents, c’est lorsqu’il s’agit de la productivité des salariés. En effet, le stress impact directement l’efficacité et la vivacité d’esprit du salarié. Se sentant facilement submergé, il ne parvient plus à prioriser ses taches ni à maintenir un niveau de concentration optimal pour les accomplir. 

Un risque économique dû à l’absentéisme

Le manque de moyens mis en oeuvre pour lutter contre le stress professionnel en entreprise peut coûter cher. De part la baisse de la productivité des salariés mais également par l’absentéisme récurrent de certains. Celui-ci s’éleve en moyenne à 16,7 jours par salariés selon le baromètre d’Ayming. Le stress coûterait entre 800 millions et 1,6 milliard d’euros par an. Un coût qui fait réfléchir et nécessite de trouver des solutions pour l’éviter.

Démotivation et augmentation du turn-over

Face aux difficultés quotidiennes et au manque de moyens mis en oeuvre, les salariés perdent en motivation et créativité. Un sentiment d’abattement peut vite prendre le dessus sur les capacités professionnelles de vos collaborateurs. Ils se mettent donc à la recherche d’une issue pour fuir ce sentiment de mal-être général et récurrent. Le changement d’employeur s’envisage donc et le taux de turn-over augmente de façon significative. 

Comment agir contre le stress au travail ?

Stress au travail : mains homme - Les nouveaux bosseurs

Pour venir à bout de ce fléau, le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé a publié un rapport à destinations des employeurs. Celui-ci donne des clés pour améliorer l’environnement des salariés en priorisant l’axe de l’activité physique et de la nutrition.

Cependant, nous vous recommandons fortement d’intégrer une solution globale autour du bien-être. Par ce biais, des résultats optimaux sur le bien-être et la productivité des salariés peuvent être rapidement obtenus.